6. La Chanson du fédéré : S’engager

Interprétée par Theus Erri

Les paroles en dessous de l’article;)
En 1871, dans un immeuble, une bande de blanchisseuses entre en politique et s’engage dans la Commune de Paris. Jacques, le frère de Gervaise, a dû rejoindre un bataillon de la Garde Nationale comme la loi l’a obligé pour tous les hommes de 18 à 60 ans. Le voulait-il vraiment ? Mais maintenant que la Commune a été proclamée, l’engagement se doit d’être volontaire. Mû par la solidarité, Jacques faire autrement ?

[Il faut venger Gervaise] Aujourd’hui réécouter la Chanson du Fédéré. Nous les premières, on adore glorifier les Communeux. Mais la réalité fut plus emmêlée que cela. Combien eurent peur ? Combien y sont allés par amitié, par famille, par appartenance de groupe (de classe comme on dira plus tard) ? C’est le cas de Jacques, le frère de la famille Mercier, qui est au cœur du conte. Reprenez en coeur avec lui : « Solidarité contre la Barbarie ! »

Paroles:

Déjà 6 mois passés de misères et de guerres
Déjà 6 mois encasernés
Je n’ai pourtant rien demandé.
On est venu me chercher, avais-je le choix ?
Je ne m’y suis pas opposé
Je ne suis pas très bon orateur, je préfère l’ombre
Je ne sais que me battre et mourir
Je ne suis qu’un brave ouvrier
Des armes, j’en ai déjà touché, je ne les aime pas
Pour nous protéger j’ai bien dû accepter
J’ai accepté de m’engager après mon père
Après mon frère, mon petit frère
Ma sœur sert chez les cantinières
J’ai accepté de m’engager, avais-je le choix ?
Les abandonner, je ne pouvais pas.
Des armes, j’en ai déjà touchées, elles me font peur
Moi qui suis ouvrier, relieur
Jamais je ne rechigne à la tâche
Des armes, j’en ai déjà touchées, je ne les aime pas
Pour nous protéger j’ai bien dû accepter
Garde National, un défenseur de Paris
Viril, sans grand courage [pourtant]
Une belle fratrie, ça réunit
Garde National vraiment ?
Avais-je le choix ?
Le nombre nous fera gagnant
Au côté de tous les amis, la victoire est plus sûre,
Je ne sais pas, je ne suis pas sûr,
Combien cela va-t-il durer ?
Au côté de tous les amis, j’ai fait mon choix
Solidarité contre la barbarie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *